QUÉBEC SAISONS CAPONNE

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ Par Dan Albertini 

Entre (). Quand l’Asie se voue à daho, est-ce da ho/Ming ou daho/Bénin car, les extensions de ce nom de domaine ont grimpé à la bourse de fournisseurs du w3. Fermons les ().

Le Canada n’est pas à l’abri des résultats d’une enquête de la Commission des UN en cours sur les Droits Humains et particulièrement, de l’Observateur. Qu’en sortirait-il de la braderie car il y aurait enchères de faute à s’en débarrasser. Plus qu’une observation, on constate alors ce qui se passe au couloir refermé de la défunte Commission Charbonneau. C’est du Caponne prolongé sans contrefaire. C’est Saisons Caponne. Ceci cache la tragique situation d’obligés du silence de l’État. Discours d’abstention en droits civiques malgré la loi où le profilage systématique est bien plus grave que l’on croirait. Pernicieux par la cécité volontaire à toutes les échelles de la société. Le crime : brûler l’avenir, assassiner le destin. La victime : le Noir. Soit par pénalités coercitives, soit par favoritisme systémique. On ouvre, ferme des portes au nez du Noir tant au Canada qu’au Québec. Le crime est économique, des carrières décimées ; économies interdites, finances morbides. Le crime est social pour les mêmes raisons et plus.

Faut-il alors poursuivre au civil au quotidien collectivement, cas par cas réclamer réparation ? Enrayer alors la machine systémique infernale de justice dormante, augmenter relativement plaintes et procès. S’assurer de statistiques et de la convocation de l’État ici et ailleurs ?

Ou, tel que compris par Gerald Exantus Alerte. Aller en lente commission parlementaire pour désamorcer une crise grandissante ? Grâce à l’ouverture oh combien utile que Donald Trump a obligé en forçant le monde accusateur à se regarder. Suis-je une exagération inopportune ou opportuniste, peu importe, Trudeau en initiant le dossier des « femmes autochtones disparues et assassinées », est un indice révélateur sur ce biais sociétal terrifiant pour le Noir. Ça ouvre un biais sur la réalité des enfants des Noirs soit avec des femmes autochtones, soit avec des femmes blanches. R Hétu en dira-t-il plus sur le statut-Noir, un jour, dire quoi à qui le savait ?

Comment en mesurer le portrait ? Qui ne sait qui ignore aujourd’hui l’état du Barbarinisme de la société tant au Québec qu’au Canada, dans le dossier des agressions sexuelles systémiques cachées, soit par les privilégiés-profiteurs, soit par les entreprises/organismes détenus par les coupables eux-mêmes, soit par le caporalisme politique d’élus. Libre alors d’imaginer le poids du racisme systémique caché exercé contre les Noirs, dans ce monde de Saisons caponne.

Si le dossier paraît si sensible que le Québec patine et se noie dans sa propre boue quand les experts onusiens promettaient d’y revenir dans ce froid glacial de tempéraments désormais dénoncés, y aurait-il lieu de se poser la question suivante : Trudeau en difficulté relative, aurait-il replongé dans ses ressources haïtiennes, après l’abandon des jumelles-Allen, que la réponse serait bien différente ?


l’original de cet article se trouve en P. 13, à cette adresse : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2017/11/H-O15nov2017.pdf et à : http://haiti-observateur.ca/?p=1118

print