SARKOZY 2012 : MISSION IMPOSSIBLE OU PASSATION DE POUVOIR

DIPLOMATIE INTERNATIONALE ET SOCIÉTÉ par Dan Albertini 

Entre () Notre diplomatie d’Affaires sert-elle du Bourbon américain, du Cabernet français, du Pinot noir chilien, lors des réceptions de confrérie et de foires internationales de la culture et des arts, étant donné que nous ne sommes encore édifiés au niveau de celles des sciences ? Ou, la pratique Lamothe a-t-elle changé en Pango Barbancourt ? Il en faudrait en effet à un président en mauvaise posture sur son épaule gauche malade, au Sommet de Davos pour ne ressentir de douleur. Mais il lui faudra dorénavant du corsé pour oublier cette poignée de main Obama après le nouveau slogan Capois : << En avant >>. La falaise des ambassades ne lui a offert aucune diplomatie intelligente le 19 avril 2011. Trop sûr de lui, appuyé par un système local de SMS qui devançait les résultats définitifs du 20, du CEP, le favori alla se guinder au bras DSK, au FMI, privé de connexions avisées qui lui aurait évité une telle démarche…, lui-même déjà en guinguette et peu recommandé. Pas de morale ni de prières qui tiennent, monsieur le Président. Vous retournez après 2 semaines, sans la reconduction du TPS 2013-2014. Fermons les ()

La gauche n’a jamais mené nulle part, à Cuba peut-être, mais il y a eu révolution

Cet article est de toute évidence mon dernier sur H-O, avant la fin du 2e tour en France. La semaine prochaine sera une autre ère. Comment conclure alors ? Ce n’est pas si simple quand il reste 5 jours où tout peut arriver. Je pars donc ainsi : les Français vont-ils commettre l’irréparable s’ils élisent un communiste déguisé à l’Elysée ? La réponse est de suite NON. L’histoire est dynamique, les supers doués estiment qu’elle est un perpétuel recommencement, soit. La France n’aura tout simplement pas les moyens de sa politique, le citoyen s’apercevra assez tôt que l’anti-Sarko n’est pas un programme politique. En économie, tous les boucs finissent un jour par manger de la même branche, Hollande le sait. En recommençant avec ses obligés, il décevra beaucoup plus vite. Cependant, si le Français ne se ressaisit pas pour faire passer Sarkozy sans avoir le fardeau Le Pen, le président sera obligé d’aller puiser sans détour dans ce camp cité. Mais en prenant des engagements qui l’emmèneront malheureusement vers une faillite politique française. Ce sont des racistes qui s’y cachent pour mieux avaler le naïf plus tard, et c’est un danger. Un dîner de cons qui risque de conduire vers un passé que l’on croyait révolu. Le Français devrait savoir qu’un monde et, particulièrement l’Amérique ne voudra jouer à l’autruche. Le message du président Obama sur les ventes de technologie à l’Iran et à la Syrie est un appel à la raison et un double avertissement.

Lisons à travers DSK. à qui profite le crime ? Hypothèses : complot de la droite avec les Américains, complot de Hollande pour évincer DSK, complot du PS pour éviter un scandale plus tard, culpabilité réelle et singulière de DSK, Jeu dangereux de DSK au FMI voulant la décote américaine.

Complot de la droite avec les Américains – Si l’hypothèse devrait se vérifier, elle importerait ipso facto l’équivalence russe par la logique des risques encourus. Provoquer une tempête dangereuse, inutile en mer est calme et par défaut, provoquer une résurgence russe accélérée. Nous nagerions en plein effet pervers. Cette hypothèse convoquerait Pékin aussi. Mais, elle serait rapidement invalidée car ce communisme ne gagnerait plus avec un gouvernement socialiste français, si elle devait déployer plus d’efforts alors que Sarkozy lui sert si bien dans sa stratégie de pénétration. Un gouvernement PS risquerait de ralentir le rythme en s’érigeant comme moralisateur passif, de gauche. L’équation serait donc plus rentable pour les Américains avec le PS, qu’un risque potentiellement élevé.

Il y a eu cependant jeu dangereux de DSK au FMI, sur une décote américaine. Ce ne serait un complot. DSK ne peut conjuguer autant de fautes graves pour ne pas se conjurer. L’amitié américaine aurait tout simplement épargné plus à la France, en relâchant DSK à New York. Qui ignore que les Américains ne plaisantent quand il s’agit d’enjeux économiques. Nous écartons nettement la thèse du complot américain, mais retiendrons peut-être le mot piège. Et, qui s’est en effet fait piéger ?

Complot de Hollande pour évincer DSK – Cette hypothèse est d’emblée très crédible. Il faut remonter à 2007 pour comprendre. François Hollande avait dû ronger ses freins quand il pouvait tout simplement et, logiquement s’offrir une candidature. Il y a eu obstruction. Les enjeux ne sont à ce stade-ci importants mais l’ambition a été cruellement freinée, d’autant plus qu’il ne bénéficiait d’une primature. Certains diront qu’il a été rebâtir ses amours, c’est légitime, compréhensible, mais le doute persisterait pour un tel politicien carriériste. Donc, Royal marginale, hors circuit, a tout bousillé au PS en arrivant candidate non pas par défaut, mais par forcing. Hollande prend de l’âge dans le tourbillon incertain de la politique. Il ne serait plus question de courir de risques alors lourds de conséquences, quand DSK fourbit ses armes depuis l’époque pour s’imposer de manière incontournable. Évincer Hollande une deuxième fois avant même le match. Celui-ci aurait alors toutes les raisons de piéger DSK qui serait sa seule barrière naturelle. La preuve, il a évincé facilement Royale et Aubry, ce qui lui crédite une certaine perspicacité. Ce serait presque impossible avec DSK misant sur une stature de chef d’état dans l’international, par le FMI. Et oui, Sarkozy validait cette thèse dans ses attaques électoralistes qui démontraient que son adversaire n’a jamais occupé des postes de responsabilité réelle. Si non au domestique, que dire dans l’international. La tâche lui serait trop ardue, déjà au sein même de l’Europe de Merkel.

Hollande trouverait hors de tout doute, une bonne raison pour faire tomber systématiquement DSK avec un dossier pourri. Il lui faudrait évidemment d’autres bras. Cette hypothèse écarte alors Américains et Russes. La thèse du journaliste américain ne serait pas totalement fausse mais, avide de sensationnalisme, il aurait été imprudent à ce point pour ne vérifier d’autres pistes avant de s’exercer. Les frasques du Sofitel peuvent servir tout autant à Sarkozy qu’à Hollande. Précipitation aveugle d’Edward Jay Epstein. Si DSK a pu tromper le PS et tout le monde, pourquoi pas Hollande en tentant de faire payer la note à Sarkozy ? Cela lui est une fois de plus favorable à 5 jours du 2e tour.

Il faut tout de même admettre qu’il y aurait une double issue. Ce qui précède n’écarte définitivement Sarkozy dont le puissant désir martelé dans ses accusations répétées contre : banquiers et supers bonus. Rien ne l’empêche d’être tenté par ce saut, d’autant plus qu’il se sait tellement en difficulté politique. Il lui faudrait alors une bonne garantie loin d’être acquise avec DSK et sa faiblesse qui le place en candidat dévergondé, d’après une lecture sur les enquêtes judiciaires qui n’en finissent plus. Le Figaro du 5 mars dernier a établi un certain lien de parenté entre les deux candidats officiels. Cousin. Hollande pourrait en effet servir de garantie à un Sarkozy sachant que ses politiques seraient reconduites, ce que Hollande n’a pas nié au début de la joute, voulant ressembler et puiser chez l’adversaire pour mieux l’étouffer avec le mot changement. Double jeu préventif d’un ambitieux. Si nous avions pu remarquer ce grand désir de Sarkozy, pourquoi pas Hollande ! L’offre viendrait plus facilement du petit cousin.

Il y aurait plus encore. Sarkozy critiquait le manque d’engagement d’un Hollande en matière de responsabilités nationales. Ce qui semblerait le conforter comme simple fonctionnaire peureux. Ce qui par contre ne le figerait pas comme un intellectuel lourdaud. Au contraire, le petit cousin pourrait bien se construire dans l’ombre, un terrible échiquier où il ferait échec et mat à tout adversaire potentiel et avéré. Si Sarkozy aurait un intérêt, celui de récupérer grassement comme consultant, par la suite, l’offre ne pourrait venir que par Hollande. Il se serait même préparé physiquement au niveau du look.

Cette hypothèse démontre trop de liens pour être rejetée quand, avant toute autre chose, Hollande démontrerait par là : une trahison au PS, une complicité dangereuse sur le dos du citoyen, et un avant-gout prononcé du caviar socialiste russe tant décrié chez les petites bourses.

Complot du PS pour éviter un scandale plus tard – Si le PS devrait comploter, bien entendu avec le double objectif de faire porter le chapeau à Sarkozy, ce serait légitime de protéger ses arrières. Ce qui suppose qu’il savait tout sur DSK, d’où la double prudence. Mais, qui du PS, était en tête parmi les potentiel hormis DSK. Hollande. Qui en est sorti gagnant jusqu’à ce jour, Hollande une fois de plus. PS oui, mais pour une Posture Simpliste, mais caviardée. Définitivement juteux pour Hollande et lui seul le peureux qui se serait tout arrangé, et, sa femme journaliste qui avoue des mains moites en pensant à dimanche soir !

Cette hypothèse se referme différemment mais sur Hollande et sur une culpabilité réelle et singulière de DSK. Les preuves ou les apparences de preuves sont-elles si peu accablantes au point d’une ignominie de la part de la même justice française qui a sanctionné Chirac, de la part de Tristane Benon qui l’aurait accusé antérieurement sans prévision, de part les déclarations et coïncidences des amis proxénètes de DSK, introduits jusqu’au FMI, de sa requête sur son immunité absolue rejetée hier à NY ? Il nous faudrait être dupe pour ne pas nous interroger sur la nature réelle de DSK.

Sarkozy et ses présumés complices seraient alors tous perdants dans cette probabilité de bénéficiaire. Étonnant, le PS et Hollande raflent malgré tout, Sarkozy ne serait donc un bon stratège en ce sens. À moins que sa logique serait de laisser croire à une victoire Hollande-PS au premier tour. Et, battre un nouveau record au deuxième tour. Avouons que cela ferait de lui non seulement un super doué, mais un atout réel pour cette France devenue plutôt mégère qu’intelligente. En récapitulant, nous pouvons apprécier un fait dans ce pays, la femme de DSK se serait-elle fait garantir et quoi, en faveur de son mari, une fois les communistes au pouvoir ? Elle reprend du service. La France ne dit si c’est par compassion, par professionnalisme ou étant incontournable. DSK serait désespérément isolé au point de fréquenter tout seul la fête d’anniversaire de Dray et, faire fuir Royal.

dan@danalbertini.info


Cet article a été publié le 2 mai 2012, dans les colonnes de l’hebdomadaire Haïti Observateur, P.4 – Vol. XXXXII, no. 35 New York

print